mercredi, mars 05, 2008

Que craignent ils ?

Ils craignent que mon jeu franchisse les limites de la réalité et de la fiction ? Je leur répondrais qu’ils ont raison de craindre. Sens est un jeu qui interroge les limites de la fiction et de la réalité. Je crois qu’il est temps d’en finir avec cette distinction, d’autant plus à l’heure de l’internet où nous possédons tous des pseudonymes et où nos richesses ne sont que de simples informations numériques. Les humains ont toujours mêlés fiction et réalité. Quelle est la valeur réelle de ce billet de banque ? Dans milles ans ce ne sera peut-être qu’un simple bout de papier. Notre monde est entièrement symbolique et la « fiction » a toujours influencée la « réalité ». Les sous-marins étaient une fiction, ou une représentation, avant d’être réels. De nombreux livres, à l’origine fictionnels, ont fini par prendre vie. La Bible, les livres de Karl Marx n’ont cessé de créer notre monde. Nous serions bien incapables aujourd’hui de faire la différence entre ce qui, dans nos esprits, est de l’ordre de l’imaginaire ou de la réalité. Cette distinction commode n’a servi qu’à limiter les hommes. « Prendre conscience des réalités » c’est simplement accepter les règles du jeu actuel. Lorsque quelqu’un nous dis cela, c’est juste qu’il veut garder le contrôle des choses. Il souhaite que le jeu auquel il participe reste le même car il excelle dans ce domaine. Les assureurs et les banquiers sont particulièrement friands de ce genre de formules, nos parents également.

Je vois le monde comme un grand jeu de rôle et nous avons décidé d’appeler « Dieu » notre maître de jeu. Personnellement, je préfère l’appeler « Sens ». Chacun joue son rôle. Vous jouez le rôle du « journaliste » et moi du « philosophe ». La moralité, la politique et l’esthétique sont de grands jeux. En éthique, par exemple, on joue à faire le Bien. Les règles sont simples. Si tu fais ce que l’on te dit être moral, tu es récompensé. Si tu fais le mal, tu es sanctionné. Mais les règles, ainsi posées, sont tout à fait arbitraires. Les moralistes sont d’ailleurs dans l’incapacité de juger la validité de telle ou telle règle. C’est aussi la raison pour laquelle poser la main sur la tête d’un enfant en Inde est un crime tandis qu’en Europe c’est un geste amical. Je dirais simplement que le jeu n’est pas le même en Inde et en Europe.

Je suis ultra-relativiste dans tous les domaines. Le nihilisme est à nos portes. Nos sociétés occidentales sont désabusées de tout, nous sommes aujourd’hui dans l’incapacité de croire. Je propose donc la solution suivante : créons quelque chose de nouveau. Brisons les règles établies. Je commence naturellement par abolir la différence entre la Fiction et Réalité, pour ensuite rendre « réel » mon projet. Sens est un jeu dangereux il n’y a pas de doute. Voulez vous prendre le risque ?

Un dernier point sur ce sujet. Derrière le livre « Sens Renaissance » on trouve cette citation de Wittgenstein : « si un homme pouvait écrire un livre sur l’éthique qui fût réellement un livre sur l’éthique, ce livre, comme une explosion, anéantirait tous les autres livres de ce monde. » Il est clair que la rédaction de ce livre, dont parle Wittgenstein, est mon projet. Je me moque des gens qui me trouvent fous sur le net. Ceux qui me connaissent vraiment savent que, d’une part, je ne le suis pas et que, d’autre part, je possède un rêve qui finira par devenir « réalité ».

6 commentaires:

Gaiffelet a dit…

Pardon Romaric, mais tu n'en fais pas un peu beaucoup, là ? As-tu de bonnes raisons de croire que quelqu'un craigne ton jeu, et que l'avenir métaphysique de l'homme en soit menacé ?

Gare non à la folie, mais à l'orgueil, camarade ! A défendre ton jeu comme tu le fais, tu es susceptible de le desservir, et de détourner des joueurs du plaisir d'y goûter...

Amitiés,

Romaric a dit…

Salut Olivier !
Ca fait plaisir de te voir ici aussi ^^

Ce blog est avant tout celui de Sens. Sens est un personnage de fiction et pour le côté fantastique j'essaie allegrement de jouer le fou.
Le délire de ce jeu est de prendre le pas sur la réalité. IL faut donc que moi même je joue le jeu.
Certains internautes ont dit craindre cet aspect. Je leur ai répondu de la sorte dans une interview.
C'est un choix "promotionnel" je dirais. Il est risqué. Comme tu le signales, il peut amener des gens à me considérer comme orgueilleux, mégalo, etc. CA peut aussi intriguer... j'ai fait ce pari un peu risqué en connaissance de cause. Je te remercie de t'en inquiéter pour moi. ^^

Je suis très heureux de ton intervention sur ce blog.

A te lire,

Sens a dit…

N'est ce pas l'ange de l'orgeuil qui incita les Hommes à croquer la pomme ?

Gaiffelet a dit…

Pas vraiment. D'après la Genèse, ce n'est pas un ange, mais un serpent. Et rien n'indique que le fruit en question ait été une pomme...

Peut-être s'agissait-il de la poire de la connaissance du bien et du mal... Qui sait ? Ce serait amusant :-)

Sylvain a dit…

J'avoue que je suis content d'apprendre que Sens est un personnage "interprété" parce-que ce billet me semblait quand même méchamment excessif.

Confondre la réalité et la fiction peut avoir un certain sens philosophique, mais dans la vraie vie, c'est une catastrophe...

Sens (Romaric Briand) a dit…

Oui Sylvain au début le blog devait être celui du "personnage de Sens" du coup certains messages paraissent ultra flippant. J'ai changé de style de communication sur le blog et sur le jeu en général quand j'ai vu que cela créait beaucoup de mauvaises voire très mauvaises interprétations.

Du coup certains billets sont très excessifs mais cette communication a été abandonnée. ^^